Santé

Allergie au froid, allergie d’hiver ou coup de froid ?

Le froid augmente le risque de rattraper des maladies infectieuses. Il favorise aussi la complication d’autres pathologies telles que les maladies vasculaires et respiratoires, mais réellement ce n’est pas à lui d’accuser la prolifération des germes, c’est plutôt à nous de le faire. En effet, nous préférons tous, pendant le temps froid, rester confinés dans des espaces restreints, clos et peu ventilés, ce qui augmente les risques d’infection. De ce fait, on observe durant l’hiver davantage de cas des maladies telles que la grippe, la bronchiolite et d’autres comme l’allergie au froid, l’allergie d’hiver ou le coup de froid.

L’allergie d’hiver

Les branches des arbres fruitiers sont sèches, aucune fleur ne pousse, la pluie ne laisse pas de place à la poussière, ce n’est le rhume non plus, pourtant plusieurs d’entre nous continuons à éternuer comme au milieu du printemps. Pas de feuilles dans les arbres ni de fleurs dans les jardins, mais les allergènes sont là près de nous à l’intérieur de nos logements, en particulier la moisissure, les poils des animaux, les polluants chimiques et biologiques et les microfibres.

Le coup de froid

L’expression « coup de froid » est utilisée couramment pour désigner le rhume. Cependant, en médecine ce terme peut faire référence à une pathologie totalement différente, à savoir l’hypothermie.

En effet, l’hypothermie est susceptible d’engendrer de graves conséquences et même la mort. On parle d’hypothermie modérée si la température du corps passe de 37°C à 34°C, d’hypothermie moyenne à grave si la température chute entre 34°C et 25°C et d’hypothermie majeure pour une température en dessous de 25°C.

En cas du rhume ou de bronchiolite, les symptômes peuvent être des maux de gorge, le nez qui coule, des toux, … mais, l’infection reste bénigne. Par contre en cas d’hypothermie, la personne touchée peut présenter une hypotension, une tachycardie, une augmentation de la fréquence respiratoire, des troubles de conscience, voire un état de coma avec des risques d’arrêt cardiorespiratoire (AC).

L’allergie au froid

Communément appelée allergie au froid, l’urticaire au froid est une dermatose prurigineuse et fugace. Elle est caractérisée par l’apparition de plaques rose-rouge, qui ont le même aspect que les piqûres d’ortie. Elle est provoquée par le froid, et elle n’est pas réellement une allergie puisqu’elle n’est causée par aucun allergène. Ce type d’urticaire touche environ 5 personnes sur 10 000, elle est très rare mais elle existe vraiment.

On distingue deux formes d’urticaire :

l’urticaire aiguë : très fréquente, elle dure quelques heures ou quelques jours et ne revient plus.

l’urticaire chronique : c’est une forme pas trop fréquente (0,5 à 2%). Son apparition recommence tous les jours ou tous les deux jours pendant plus de 6 semaines.

Quand se déclenche l’urticaire au froid ?

Comme son nom le dit, le froid est le facteur principal de cette urticaire. Il peut s’agir du temps froid par contact direct entre la peau et l’air, de l’eau froide ou même des aliments en glace comme les boissons et les glaces. En effet, les aliments glacés provoquent le refroidissement des muqueuses de la bouche et de l’œsophage.

Si vous avez eu une urticaire au froid, vous devez éviter :

  • de sortir dans les jours où la température extérieure est très fraîche sans protection complète (manteau, gants, cache-col,…) ;
  • rester sous la pluie ;
  • les baignades dans les eaux fraîches ;
  • marcher pieds nus ;
  • la climatisation ;
  • les aliments glacés.

Causes de l’allergie au froid

On ne connaît pas une cause évidente de l’urticaire au froid, sauf le contact avec le froid. Les dermatologues ne signalent pas non plus des facteurs de risque, mais il constatent qu’elle touche le plus les jeunes adultes et surtout les femmes. Réellement, elle peut apparaître spontanément à tout âge et disparaître soudainement aussi. Elle ne dure que de quelques minutes à quelques heures.

Symptômes de l’allergie au froid

L’urticaire se manifeste quelques minutes après le contact avec le froid par :

  • des plaques rouges gonflées semblables à des piqûres,
  • des démangeaisons,
  • le gonflement des yeux et du visage, rarement.

Ces manifestations restent localisées aux zones ayant été en contact direct avec le froid.

Traitement de l’urticaire au froid

Dans le cas d’une urticaire ou une allergie, la prévention est le premier remède. Cependant, si les symptômes ne disparaissent pas pendant quelques heures, la personne touché doit consulter un médecin qui peut lui prescrire :

  • un antihistaminique de seconde génération par voie orale en cas de crise ;
  • un auto-injecteur d’adrénaline pour les formes plus graves avec risque de choc anaphylactique ;
  • une désensibilisation par une exposition progressive et localisée au froid, en milieu hospitalier, pour un traitement de fond.