Santé

Allergies respiratoires : comment identifier et traiter ?

Le nombre de personnes souffrant d’allergies respiratoires est en croissance continue surtout dans les pays industrialisés. Les chiffres estiment que 25 % de la population française souffre déjà de l’allergie saisonnière (appelée aussi rhinite allergique). Malheureusement, le printemps, ce beau temps pour profiter de la nature, est la période la plus favorable à l’apparition d’une rhinite. Les allergies respiratoires ne s’agissent pas seulement la rhinite mais aussi, la conjonctive, la crise d’asthme, et les difficultés respiratoires.

Qu’est-ce qu’une allergie respiratoire ?

Selon l’Assurance Maladie,

l’allergie est une hypersensibilité de l’organisme à des substances généralement inoffensives et présentes dans l’environnement.

Ces substances sont appelées allergènes. L’allergie respiratoire en général est une maladie chronique, qui se manifeste par une réaction immunitaire inappropriée de notre organisme face à des allergènes aériens.

Comment se manifestent les allergies respiratoires ?

Rhume ou rhinite ?

Les allergies respiratoires, et en particulier la rhinite allergique, se manifestent par l’inflammation de la muqueuse nasale suite à l’inhalation d’un allergène. Parfois, on confond entre les symptômes de la rhinite allergique et ceux d’un rhume parce qu’ils partagent quelques critères : nez congestionné ou qui coule, éternuements en série, tension dans la région des sinus, fatigue générale … Sauf que dans le cas d’une rhinite allergique, il peut y avoir des larmoiements et des picotements au niveau des yeux, des toux sèches, des démangeaisons dans la gorge ou le palais, des altération du goût ou de l’odorat, de l’acuité auditive (surtout chez les enfants) ou encore des difficultés respiratoires nocturnes.

Types de rhinites

Il n’existe pas que la rhinite saisonnière, qui apparaît généralement en printemps, en été et plus ou moins au mois de septembre. La rhinite apériodique est aussi une forme allergique commune qui est déclenchée principalement par les acariens et elle dure toute l’année. Les allergènes dans le cas de la rhinite apériodique sont omniprésents dans l’environnement du malade (les acariens, les poils d’animaux , les moisissures …).

Il existe aussi la rhinite non-allergique, dont des anomalies neurocognitives sont supposées être à l’origine. Cependant, elles restent plusieurs manifestations superposées. Cette rhinite peut être liée à un traitement, une rhinite avec le syndrome d’éosinophilie (NARINES), une rhinite sénile, etc.

Asthme et allergies respiratoires

Les allergies respiratoires peuvent se manifester par l’apparition d’un épisode d’asthme. En effet, lorsqu’une inflammation se produit au niveau des voies respiratoires, elle peut provoquer une rhinite au niveau du nez et une réaction asthmatique au niveau des bronches. En cas d’asthme, le malade aurait plutôt une respiration sifflante accompagnée d’une sensation d’oppression et de l’angoisse.

Comment guérir d’une allergie respiratoire ?

En cas d’allergies respiratoires, votre médecin traitant essayera d’abord de découvrir l’origine de l’allergique par un bilan allergique. Il vous conseille ensuite de nettoyer régulièrement le nez avec de la solution saline sans ou avec la prescription d’un médicament qui soulagera les symptômes, souvent un antihistaminique ou un corticostéroïde nasal.

Un traitement de désensibilisation peut être aussi prescrit par un allergologue. Il consiste à injecter des doses croissantes de la substance allergène. L’injection se fait durant 3 à 5 ans et avec le temps, le patient deviendra de moins en moins sensible à cette substance allergène. Ce traitement est particulièrement efficace dans le cas des allergies des enfants au pollen.

Remèdes naturels contre les allergies respiratoires

Démangeaisons, rougeur, toux irritante, picotements des yeux, … tous ces symptôme de l’allergie respiratoire sont très gênants. Pour les soulager, vous pouvez opter pour des remèdes naturels.

Pour la rougeur et les démangeaisons : un masque à l’argile verte permet de calmer les irritations. Il suffit de mélanger de l’argile verte en poudre avec de l’eau tiède jusqu’à obtenir une pâte élastique. Attention, ne laissez pas le masque sur la zone à traiter jusqu’au sèchement, cela provoquera plus de déshydratation.

Pour les picotements des yeux et les narines : un mélange d’une demie cuillère à café de sel avec 250 ml d’eau un peu chaude. Il faut essayer d’aspirer doucement cette solution.

Pour l’écoulement du nez : l’infusion d’ortie est un bon remède de grand-mère puisqu’il possède une propriété antihistaminique. Mélangez 2 c-à-c d’ortie dans 150 ml d’eau chaude, et laissez reposer entre 10 à 15 minutes.

Pour les réactions allergiques : dans notre alimentation, il existe 2 aliments antihistaminiques très efficaces, qui sont l’oignon et l’ail.

Contre le pollen : pour renforcer le système immunitaire contre l’allergie au pollen, les agrumes sont très bénéfiques. Il suffit de boire un jus composé d’un demi citron et de deux oranges et une demi cuillère à soupe de miel. Ce mélange aide à soulager vos muqueuses nasales.