Nutrition

Côlon irritable : Liste des aliments permis et interdits

Pourquoi pensez-vous adopter un régime colopathie ? Très probablement parce que votre médecin vous a annoncé que vous avez une maladie qu’on lui attache plusieurs noms : colopathie fonctionnelle, intestin nerveux, maladie du côlon irritable, trouble fonctionnel intestinal et syndrome de l’intestin irritable. Des termes différents mais qui désignent la même maladie.

Étant une maladie digestive, il est tout à fait logique que vous vous demandez quoi manger en cas de colopathie fonctionnelle.

Régime et colopathie fonctionnelle : quels liens ?

Vous connaissez sans doute que certains régimes alimentaires sont bénéfiques à ceux qui souffrent de maladies chroniques comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires et la maladie cœliaque.

Si le lien entre l’alimentation et ces maladies fut démontré, la relation reste encore compliquée en ce qui concerne la colopathie fonctionnelle.

Aucune preuve scientifique n’a démontré que l’alimentation puisse être responsable de l’apparition de cette maladie digestive.

Cependant, on estime qu’au moins deux tiers des patients atteints de colopathie fonctionnelle relient les symptômes de la maladie à l’ingestion de certains aliments spécifiques.

De plus, plusieurs essais cliniques ont démontré l’efficacité de certains régimes alimentaires dans la diminution des symptômes et l’amélioration de la qualité de vie.

En absence de traitement curatif, ces constatations font de la piste diététique votre vrai allié contre la colopathie fonctionnelle.

RÉGIME COLOPATHIE : Que manger en première intention ?

Les règles générales

Si vous souffrez de colopathie fonctionnelle, nous vous invitons d’abord à :

  • Établir un schéma alimentaire régulier (petit déjeuner, déjeuner et dîner avec 1 à 2 collations, le cas échéant).
  • Éviter de sauter des repas.
  • Consommer la salade et les légumes crus à la fin des repas.
  • Laisser au moins une heure et demie de délai entre votre dernier repas et votre coucher.
  • Ne pas manger de viande rouge au dîner.
  • Éviter de trop manger pendant un repas.
  • Prendre le temps de vous asseoir pour manger et de bien mâcher les aliments.
  • Boire régulièrement de l’eau à raison de 35 ml/Kg. Il faut boire tout au long de la journée en choisissant l’eau tiède et sans dépasser les 250 ml à la fois.

Côlon irritable et aliments interdits

Nous vous recommandons de consommer avec modération certains aliments en particulier :

  • L’alcool
  • La caféine, présente dans le café, le thé, les boissons énergisantes, les boissons gazeuses, le chocolat noir et certains analgésiques en vente libre.
  • Les fructanes dans l’oignon et l’ail
  • Les aliments trop épicés et les aliments frits.
  • Les choux
  • Les haricots.

Nous vous conseillons par ailleurs d’éviter la bière, les boissons gazeuses, les chewing-gums et les édulcorants contenant du fructose (le miel, sirop de maïs) ou finissant par un « ol » comme le sorbitol, le menthol, le xylitol.

Il faut limiter ces aliments voire les éviter s’ils sont responsable de l’apparition de vos symptômes

Les précautions à prendre dans un régime colopathie

Vous êtes invité à ne pas exclure les produits laitiers sauf si une intolérance au lactose soit confirmée. Le yaourt nature ainsi que le lait fermenté peuvent être très intéressants. Nous vous recommandons la consommation de 2 à 3 portions par jour de lait et de produits laitiers.

1 portion = 200-250 ml de lait ou de yaourt ou 80-100 g de fromage frais ou 30 à 50 g de fromage à pâte dure.

Dans un régime colopathie, les céréales et les dérivés de céréales ne sont pas proscrits. Il est recommandé toutefois de remplacer la farine de blé par l’avoine, l’orge, le seigle, le sarrasin, le quinoa et le psyllium. Au moins 4 portions par jour de céréales sont nécessaires pour couvrir vos besoins.

1 portion = 40-60 g de pain ou 60-70 g de pâtes ou de riz.

Nous vous conseillons en outre de limiter les matières grasses tout en veillant à ce que votre apport journalier ne dépasse pas les 50 grammes par jour et tout en choisissant l’huile d’olive et les viandes et les poissons les moins gras. L’apport conseillé est de 2 à 3 portions par jour.

1 portion = 100-125 g de viande ou 125-150 g de poisson ou 60-80 g d’œufs.

Nous vous recommandons également de consommer au moins 5 portions de légumes et de fruits par jour en privilégiant ceux riches en fibres solubles à savoir l’orange, les pêches, le pamplemousse, les figues sèches, les pruneaux, la carotte, les courgettes et  la patate douce.

1 portion de légume= 100-150g ; 1 portion de fruit= 80g.

Les remèdes de grand-mère

Votre grand-mère a toujours quoi vous proposer :

  • Boire un ou deux verres d’eau à température ambiante, à jeun.
  • Prendre deux cuillères à soupe d’huile d’olive vierge le matin avant votre petit déjeuner.
  • Ajouter deux cuillères à café de graines de lin fraîchement moulues à votre pot de yaourt.
  • Diluer une cuillère à café de vinaigre de cidre dans une petite tasse d’eau et buvez-la après chaque repas.
  • Préparer des tisanes à base de menthe poivrée ou de gomme arabique ou de fenouil

Bon à savoir

Les régimes alimentaires trop restrictives n’ont pas montré leur supériorité par rapport à la gestion alimentaire de première intention dans le soulagement des symptômes et l’amélioration de la qualité de vie. Alors ne vous vous causez pas plus de désagréments que vous en avez déjà.

Pour résumer

quoi manger en régime colopathie

 

Une réflexion sur “Côlon irritable : Liste des aliments permis et interdits

  • Bonjour,
    Je fais des crises de colopathie fonctionnelle, je fais parfois attention mais malheureusement, il m’arrive d’avoir de grosses crises avec mon intestin irrité. Je me lève et je suis mal; Pas d’équilibre, renvois, mal au ventre, sensation d’avoir des coups de poing dans le ventre, la salive dans la bouche, nausées. Puis, la tête lourde, perte d’équilibre. Peut-être le foie en parallèle qui peut-être trop sollicité. Je me sens épuisée, fourmillements autour de la bouche dés que le côlon ne va pas bien. Comme si mon corps se bloquait, sensation de mal être, plus de force. Vu le médecin qui dit troubles nerveux, relaxation, vous accumulez trop de stress, votre cerveau est comme un vase trop plein qui n’arrive plus à absorber. Peu importe, ça ne résout pas mon souci. Quoi faire pour aller mieux.
    Merci pour votre retour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.