Sport

La natation prénatale pour se préparer à l’accouchement

La période de grossesse n’est pas une raison pour arrêter de pratiquer des activités sportives et pour passer à un état apathique. Il existe différents exercices adaptés, sans danger et bénéfiques pour une femme enceinte surtout à la fin de cette période, dont la natation prénatale.

Recommandation d’activité physique pour la femme enceinte

Les médecins recommandent, en matière d’activité physique, de faire au moins 150 minutes d’exercices d’intensité moyenne par semaine, pour maximiser les bienfaits. Ces exercices peuvent être la marche rapide, le vélo fixe, le yoga, etc. Mais pour un meilleur accouchement, on conseille de pratiquer la natation prénatale.

La natation prénatale

Si de nombreuses activités physiques sont déconseillées aux femmes à la fin du troisième trimestre de grossesse, la natation prénatale, dite aussi l’aquagym prénatale, présente une méthode parfaite. Elle aide la femme enceinte à se préparer à son accouchement et le rendre plus facile. C’est une série d’exercices physiques doux, parfaitement adaptée à une femme enceinte et qui permet de bouger sans risques de blocage, de contractions critiques ou de choc physique.

Quand commencer l’aquagym ?

L’aquagym peut être pratiquée dès le premier mois de grossesse. Mais, on note souvent plus de demandes de rejoindre un cours d’aquagym prénatale au début du deuxième trimestre de grossesse, quand les douleurs du dos et des pieds commencent déjà.

Les bienfaits de la natation prénatale ?

Les bienfaits du sport aquatique sur les muscles et la vascularisation sont largement prouvés. En effet, la natation permet de travailler parfaitement l’ensemble des muscles sans douleur du fait que le corps flotte à 80% dans l’eau, ce qui permet des mouvements plus faciles. Pour la femme enceinte, la natation prénatale permet :

  • d’améliorer la circulation veineuse et lymphatique des jambes ;
  • de se débarrasser de la rétention d’eau ;
  • de se débarrasser du gonflement au niveau des pieds dû à la stagnation du sang dans les veine ;
  • de masser le dos, et donc d’atténuer les douleurs liées à la grossesse ;
  • de diminuer les douleurs du dos, des genoux, … ;
  • de détendre l’utérus ;
  • de diminuer la douleur du sein ;
  • de mieux maîtriser la respiration ;
  • de diminuer les risques de varices ;
  • une relaxation et une préparation psychologique pour l’accouchement.

Et comment se déroule ?

Un cours d’aquagym prénatale est toujours encadré par un maître nageur, et parfois une sage-femme. Il se fait dans une piscine publique ou dans un complexe sportif, par petits groupes et dans l’eau chauffée à 30 °C. Pas de panique si vous ne savez pas nager puisque le cours se fait obligatoirement dans un bassin où vous avez les pieds. Il dure entre 40 et 60 minutes et comporte 6 phases ou séries d’exercices :

  • l’échauffement
  • des exercices de respiration
  • des exercices de simulation de la poussée
  • des exercices musculaires à l’aide d’accessoires (pull-buoy ou planche de natation) pour stimuler les cuisses, les fessiers et les jambes
  • un exercice de l’abdomen est parfois autorisé à intensité très légère
  • des étirements et des exercices de relaxation

Contre-indications de l’aquagym

Il est fortement conseillé, voire obligatoire dans certain complexe sportif, de demander un certificat médical délivré par un gynécologue autorisant l’aquagym pour une femme enceinte. Les risques de cette activité sont liés à : des maladies cutanées, des infections, l’hyper / hypotension artérielle, etc.